Surplus de poids chez nos chiens et nos chats !

Salut mon gros toutou!!! Ces jours-ci, il n'est pas rare de voir un article sur la dite épidémie d'obésité et les ravages que celle-ci fait sur la santé des êtres humains. On nous rabat les oreilles à peu près à tous les jours avec ça. L'autre jour, alors que je me baladais tranquillement dans mon quartier, je n'ai pas pu m'empêcher de me faire une petite réflexion après avoir croisé 4 ou 5 personnes qui marchaient avec leur chien qui étaient tous en surpoids. Normalement je n'y porte pas vraiment attention, mais cette journée-là, les gens me complimentaient sur l'air noble de mon chien, une svelte danoise bleue, toujours en faisant des remarques sur sa silhouette. En bon étudiant en kinésiologie que je suis, je me suis dit qu'il serait bon d'informer les gens un petit peu, car le surpoids chez les chiens et les chats est en partie influencé par certaines habitudes de vie communes aux humains. La bonne nouvelle, c'est qu'on peut avoir un impact important dessus et voici comment. En tout premier lieu, la prise de poids sous forme de tissus graisseux se fait de la même façon chez les animaux et les humains. Il s'agit d'une mise en réserve d'énergie qui n'a pas été dépensée. Donc, le manque d'activité ou le surplus de nourriture est à la source de ce problème. La solution se décompose en trois solutions possibles :   1- Manger moins 2- Bouger plus 3- Manger moins et bouger plus Il est certain que la qualité de plusieurs produits alimentaires destinés aux animaux et très populaires sur le marché est souvent discutable et surtout, la plupart du temps, mésadaptée aux carnivores que les chiens et chats sont, mais ça, c'est l'histoire d'une autre publication. Une problématique simple est souvent l'origine de notre perte de contrôle sur cette situation. Sur les sacs de nourriture, on peut trouver des rations suggérées en fonction du poids de l'animal et d'un niveau d'activité grossièrement estimé. Le problème est que, pour deux animaux de même race, de même âge et de même poids, pour le même niveau d'activité physique, la dépense totale absolue ou l'utilisation de l'ensemble de l'énergie consommée peut varier. Chaque individu est différent et c'est aussi vrai chez les animaux. Leur génétique individuelle, leur composition corporelle (pour un même poids la proportion gras/muscles peut varier grandement), leur environnement et leur sensibilité aux stress, la qualité de leur sommeil, affectent aussi leur utilisation ou mise en réserve d'énergie. Il est donc un peu absurde de se fier à une indication sur sac de nourriture et tenir mordicus à ne pas en déroger. Il faut avoir une approche personnalisée avec nos animaux. Comme avec les humains, ils ont besoin d'un minimum requis pour leurs fonctions vitales, mais le reste peut varier en fonction de l'activité. On peut utiliser la recommandation du fabriquant comme point de départ. Si l'on s'aperçoit que l'animal prend des rondeurs, on diminue la dose. Si l'animal nous semble rachitique et a l'air malade tellement il est maigre, on en donne plus. Dans le même sens, il est tout à fait normal de donner plus de nourriture à un animal s'il est plus actif une journée et en donner moins le lendemain s'il dort toute la journée. Non seulement pouvons-nous, mais nous devrions constamment adapter les quantités de nourriture données à notre animal en fonction de leur niveau d'activité et de la rétroaction que nous fournissent leur poids et leur silhouette. Pour conclure, voici quelques petits trucs pour vous aider à gérer les surplus de poids. Faire travailler un animal intellectuellement lui fait dépenser beaucoup d'énergie. Jouer avec eux, les entrainer ou leur apprendre des tours, les nourrir dans des casse-têtes ou des distributeurs sont toutes des alternatives pour leur faire dépenser de l'énergie. Pensez à eux aussi! La marche c'est bien beau, mais si c'est aussi ennuyeux pour mon chien que ça l'est pour moi, j'essaie de trouver des activités plus stimulantes et on est plus heureux tous les deux. Ensuite, les agents de conservation synthétiques, les aliments souvent sources d'intolérances alimentaires ou d'allergies potentielles et les aliments qui ne sont pas adaptés à leur système digestif sont des «stresseurs», qui forcent leur corps à se protéger et à entretenir un environnement qui n'est pas propice à la perte de poids. Alors jouez avec vos amis, adaptez les portions à leur dépense énergétique quotidienne en vous fiant à ce que vous voyez et aux fluctuations de la balance, choisissez des aliments adaptés et votre copain ne devrait pas croupir sous les bourrelets! Simon Bernard, étudiant en 2e année au baccalauréat en kinésiologie.

Surplus de poids chez nos chiens et nos chats

 


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés