Peut-on affirmer que notre chien nous aime? Partie 27

Au fil des semaines, je partagerai avec vous des écrits de l’un de mes professeurs en éthologie, Michel Chanton. Véritable pionnier, M. Chanton a consacré plus de 55 ans de sa vie à l’étude scientifique de la relation entre le chien et les humains, faisant de lui l’instigateur du métier de comportementaliste en France.

Éblouie par les connaissances que cet homme m’a transmises, j’ai décidé de partager avec vous, au fil des semaines, quelques uns de ses écrits, que j’ai soigneusement choisis. Ils sont tirés du livre de Marie-Claire Perrot, intitulé « Y’a un os avec mon chien ».

Je vous invite donc à visiter le site à toutes les semaines.

27ième semaine : « Pour autant, on ne peut pas affirmer que notre chien nous aime, n’est-ce pas? »

Réponse de Michel Chanton, éthologue:

« On ne peut pas affirmer que notre chien nous aime, de la même façon que l’on ne peut pas affirmer que notre conjoint nous aime. Souvent, je dis à mes étudiants : la boîte crânienne fait 2,5 mm d’épaisseur en moyenne. On ne sait pas ce qui se passe derrière ces 2,5 mm. J’espère que mon chien m’aime, mais je n’en sais rien, d’autant qu’il est incapable de me le dire. Il peut montrer beaucoup de joie en me retrouvant, beaucoup de manifestations que j’ai plaisir à prendre pour des témoignages d’affection, et ce sont sans doute des témoignages d’affection. Mais comment pourrais-je dire quel sentiment éprouve un autre être? C’est très personnel et ça ne passe pas la barrière de la boîte crânienne. Par prudence, je dirais donc : j’aimerais bien que mon chien m’aime, j’espère qu’il m’aime, j’aime croire qu’il m’aime, mais je ne peux pas affirmer qu’il m’aime. »

Bonne semaine!


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés