Le stress et l'anxiété chez le chien

Il a été démontré hors de tout doute* que, tout comme l'humain, le chien éprouve des émotions, des émotions de toutes sortes : de la joie, de la tristesse, de l'affection, de l'agressivité, de l'anxiété et du stress. Ces deux dernières sont bien présentes dans la vie de nos chiens, comme dans la nôtre d'ailleurs. Vous demandez-vous parfois pourquoi votre chien semble anxieux ou stressé ? Qu'est-ce qui vous fait dire qu'il est anxieux ou stressé ? Comme dans l'histoire de la poule et de l'œuf, avant de considérer notre chien comme anxieux, nous devons savoir comment reconnaître son anxiété pour avoir accès à la source de ses émois. Aussi, il faut savoir que le stress et l’anxiété sont deux choses différentes. Les stress négatifs peuventconduire à l’état anxieux.

Mais, comment faire, pensez-vous, le chien ne parle pas !

C'est vrai, il ne parle pas comme nous, mais il communique tout de même. Il s'exprime par une panoplie de signaux qu'on appelle les «signaux d'apaisement». Le chien émet ces signaux pour communiquer avec ses amis canins, ainsi qu'avec nous. Ce sont des particularités de son langage corporel. Il est capable à sa façon de nous dire qu’il est inconfortable, que quelque chose le dérange. Ces signaux d'apaisement sont le langage de notre chien, par lequel il tente de nous communiquer son état d'esprit. Nous voulons que notre chien soit heureux ? Alors, écoutons-le, ou plutôt, regardons de plus près ses expressions. Parmi ses expressions, on trouve le bâillement, le léchage, le fait de détourner la tête, de renifler le sol, etc. Avec chaque expression, le chien essaie de nous dire quelque chose : «j'ai un malaise là, je ne suis pas bien dans cette situation, dans cette circonstance, à cet endroit, en présence de telle personne ou de tel animal». C'est à nous que revient la tâche d'identifier la source du stress ou de l'anxiété que vit notre chien en observant le contexte dans lequel il se trouve.

En apprenant à lire les signaux d'apaisement des chiens, nous devenons leurs complices et nous avons la possibilité d'interagir avec eux de façon constructive dans le respect de leurs besoins et dans le respect de leurs émotions. Nous pouvons réduire de beaucoup leur stress et leur anxiété par ce simple effort de notre part. Se familiariser avec ces signaux d'apaisement nous donne une porte d'entrée pour comprendre l'état émotionnel de notre chien et mieux interagir avec lui en comprenant son langage corporel.

Pour mieux entrer en communication réelle avec notre chien, cessons ce que nous faisons au moment où nous reconnaissons ces signaux et essayons de voir ce qui indispose notre animal. Soyons attentif, à l'écoute. Par exemple, est-ce que la main que je pose sur sa tête le fait bailler ? Lui fait détourner la tête ? Peut-être qu’il n’aime pas ce toucher. Ce son de balayeuse est peut-être trop fort, agressant pour ses oreilles bien plus sensibles que les nôtres d'ailleurs, etc. Est-ce que les bruits de l'orage dehors auraient un lien avec un changement soudain de son comportement ?

Maintenant, la question se pose : comment calmer notre chien, comment faire pour qu'il soit mieux dans sa peau à un moment de stress ou d'anxiété ?

Il n'y a pas seulement une manière positive d'agir, mais plusieurs, tout dépend de votre animal (de son caractère, de ses expériences passées) et de l'intensité du stress ou de l'anxiété qu'il ressent. Il peut chercher à fuir, à se cacher, ou au contraire il peut rechercher votre protection contre ce qui l'angoisse, parfois au point d'envahir votre espace personnel ! Toutefois, un chien aura moins de sources de stress s’il est occupé, s'il n'est pas centré sur ce qui l'incommode. Lui procurer des moments d'exercice, de jeu et de mastication contribuent grandement à l'équilibre du chien. Faire travailler votre chien pour sa nourriture, l'occuper pendant 15 à 20 minutes au lieu de l'habituel 30 secondes, cela apaise. Stimuler votre chien par une séance d'entraînement durant laquelle il travaille physiquement, mentalement ou les deux, où il est récompensé et encouragé, cela apaise. Lui faire gruger un vrai os, cela apaise. Faire comprendre au chien de façon claire ce que nous attendons de lui et le récompenser lorsqu'il le fait, voilà qui approfondit une réelle communication avec notre chien et l'amène à être plus confiant. Bien sûr, tout dépend toujours du niveau de stress et même de la source. Un orage, par exemple, est un élément  sur lequel vous n'avez pas de contrôle, vous ne pouvez pas retirer cette source de stress de l'environnement de votre chien. Il faut parfois essayer plusieurs choses avant de trouver ce qui permet à votre chien de se calmer le plus possible : simplement se blottir contre vous peut suffire, parfois se réfugier dans la cage, vécue positivement par le chien dans sa vie quotidienne comme un abri, un lieu de calme et de détente personnelle, sera nécessaire.

D'autre part, il y des situations qui sortent de l'ordinaire et qui arrivent peu fréquemment, où le chien de toute évidence n'est pas bien. Par exemple, la présence soudaine d'enfants, pour un chien  qui n'en côtoie pas de façon quotidienne peut être une source de stress importante. Pour ces moments, on peut l'aider avec des produits doux et naturels, comme les Fleurs de Bach, qui aident à favoriser chez le chien un état émotionnel plus calme. Cependant, il faut garder à l'esprit que les produits naturels n’ont pas tous le même effet sur les différents individus. De plus et surtout, ces produits peuvent aider à diminuer le niveau de stress afin de nous permettre de travailler avec le chien pour l'amener à être graduellement plus à l’aise avec la source de stress. Il faut toujours travailler à communiquer le plus efficacement possible avec notre chien afin de l'amener à se dépasser, à affronter, en quelque sorte, ce qui le stress et apprendre que ce qui le rend anxieux ou stressé n'est peut-être pas si menaçant, après tout. Mais, un peu comme pour l'humain, chaque chien est unique et ne progressera pas au même rythme que les autres. Il faut continuer à être à l'affût des signaux, des messages qu'il nous donne pour ajuster nos interventions afin de ne pas le brusquer et ainsi augmenter son stress, mais bien l'amener réellement à se dépasser.

En terminant, une parole très sage d'un grand homme, Michel Chanton, éthologiste français:

«Moins on impose de contraintes à un chien, moins on a de problèmes»

* Référence : Marc Bekoff, Les Émotions des animaux, Paris, Payot, 2009 - Voir plus Vidéo Plus d'information sur le sujet


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés