La vérité toute crue!

Alimentation crue du chien

L’Art des Animaux propose un modèle différent, qui, quoique de plus en plus présent dans le Canada anglais et le reste du monde, ne fait qu’en être à ses premiers balbutiements ici, au Québec. En effet, il importe de se remémorer ce que sont au départ nos compagnons les chiens et les chats. Les premiers sont des carnivores/charognards alors que les seconds sont des carnivores purs et durs. À travers les 50-60 dernières années, nous avons oublié comment fonctionnait leur métabolisme, probablement par manque de temps, avec l’accélération constante du rythme de vie, mais aussi à force de publicité plus ou moins adéquate… Plusieurs études démontrent aujourd’hui la corrélation entre l’augmentation des maladies chroniques chez les chiens et chats et l’augmentation de la part de marché prise par la nourriture sèche industrielle. On pourrait même penser que certaines maladies que l’ont croyait uniquement reliées à une hérédité plurigénique (comme la dysplasie de la hanche, par exemple), serait plutôt la résultante d’une nutrition mésadaptée. Toutes autant de raisons de revenir à la base, qu’était autrefois l’alimentation de ces dits animaux : des proies animales, des carcasses et cadavres d’animaux morts et pour certains, quelques végétaux ici et là. À tous ceux qui croient que le système digestif des carnivores pourrait avoir évolué en moins d’un siècle, pensez à ceci : après plusieurs millénaires à manger de la viande cuite, des fruits et légumes, mais beaucoup moins de racines et d’herbes/branches, nous n’avons achevé qu’une atrophie incomplète de notre appendice (partie du côlon) et seulement quelques spécimen humains ont quelques dents de sagesse en moins alors… difficile de croire à un changement aussi radical du côté de nos amis les animaux.

Après avoir consulté plusieurs recherches, études et témoignages, l’Art des Animaux croit fermement en les vertus d’une diète crue faite à partir de viande fraiche. On fait référence ici à une diète qui comprend des organes vitaux, des os moulus, de la viande de muscle ainsi que quelques végétaux pouvant fournir des nutriments que nos amis carnivores retrouveraient dans les systèmes digestifs de leur proie ou ailleurs dans leur milieu. Cette diète doit être donnée crue afin de fournir l’ensemble des enzymes et des nutriments essentiels, pour aider à ne pas surcharger le système digestif de l’animal et réduire au minimum l’ingestion de nutriments dénaturés par des cuissons à haute température.

Au fond, ce n’est pas plus sorcier que pour nous-mêmes. Une bonne alimentation contiendra un minimum d’aliments transformés ou synthétiques (et surtout peu ou pas d’agents de conservation) et sera variée. En effet, qui réussirait, sans magasin, à manger exactement la même chose à tous les jours? ou plutôt qui en aurait envie? Nous croyons que comme pour toute autre chose, l’équilibre réside dans la diversité. Au fond, si l’on y pense, ne devrions-nous pas manger nos aliments naturels, comme mère nature les a conçus pour nous? C’est un pensez-y bien!

L’Art des Animaux


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés