La correction physique déconseillée pour le chien. Partie 10

Au fil des semaines, je partagerai avec vous des écrits de l’un de mes professeurs en éthologie, Michel Chanton. Véritable pionnier, M. Chanton a consacré plus de 55 ans de sa vie à l’étude scientifique de la relation entre le chien et les humains, faisant de lui l’instigateur du métier de comportementaliste en France.

Éblouie par les connaissances que cet homme m’a transmises, j’ai décidé de partager avec vous, au fil des semaines, quelques uns de ses écrits, que j’ai soigneusement choisis. Ils sont tirés du livre de Marie-Claire Perrot, intitulé « Y’a un os avec mon chien ».

Je vous invite donc à visiter le site à toutes les semaines.

10ième semaine. « Pourtant, dans la nature, les loups se sanctionnent en se battant. Cela ne se limite pas à des grondements. Comment expliquer cela alors, que la correction physique est déconseillée pour le chien ? » Réponse de Michel Chanton éthologue. « Oui, c’est ainsi chez les loups, c’est vrai. Mais les chiens entre eux utilisent aussi leur voix, et font beaucoup plus usage de menaces que d’agressions physiques. On peut dire que la menace sert à éviter l’agression : un regard, un aboiement significatif d’un chien envers un autre peuvent être une menace efficace qui provoque la soumission de l’autre chien. Cela prouve bien que c’est l’équivalent d’une sanction. Quand la menace ne suffit pas, en revanche, et si l’enjeu est important, il peut y avoir un conflit entre deux ou plusieurs chiens. En général, ce conflit est bref, parce qu’il cesse dès que le chien agressé se soumet. Effectivement, l’agression peut faire partie de leur univers… mais nous ne sommes pas obligés de nous comporter en chiens ! Nous, humains, sommes plus à même de contrôler ce que nous faisons. » Bonne semaine !


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés