Imposer son autorité sans tyrannie ni dominance. Partie 11

Au fil des semaines, je partagerai avec vous des écrits de l’un de mes professeurs en éthologie, Michel Chanton. Véritable pionnier, M. Chanton a consacré plus de 55 ans de sa vie à l’étude scientifique de la relation entre le chien et les humains, faisant de lui l’instigateur du métier de comportementaliste en France.

Éblouie par les connaissances que cet homme m’a transmises, j’ai décidé de partager avec vous, au fil des semaines, quelques uns de ses écrits, que j’ai soigneusement choisis. Ils sont tirés du livre de Marie-Claire Perrot, intitulé « Y’a un os avec mon chien ».

Je vous invite donc à visiter le site à toutes les semaines.

11ième semaine. « Vous considérez donc que, face à un chien, il est possible de s’imposer uniquement par l’usage de la voix et des postures ? » Réponse de Michel Chanton éthologue. « Oui ! Mais seulement quand c’est nécessaire. Il ne faut pas tomber dans l’autoritarisme pour le simple plaisir d’imposer son autorité à son chien. Il y aura toujours des propriétaires de chiens pour tomber dans cet excès, hélas. Mais ce n’est pas utile. Il faut simplement que le chien comprenne qu’il y a des limites et que c’est vous qui les fixez. Vous pouvez même faire varier ces limites. Pour lui faire comprendre cela, votre regard et votre voix suffisent très largement. Il est inutile d’en venir à la brutalité physique. » Bonne semaine !


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés