Est-il payant de payer un chien? Partie 16

Au fil des semaines, je partagerai avec vous des écrits de l’un de mes professeurs en éthologie, Michel Chanton. Véritable pionnier, M. Chanton a consacré plus de 55 ans de sa vie à l’étude scientifique de la relation entre le chien et les humains, faisant de lui l’instigateur du métier de comportementaliste en France.

Éblouie par les connaissances que cet homme m’a transmises, j’ai décidé de partager avec vous, au fil des semaines, quelques uns de ses écrits, que j’ai soigneusement choisis. Ils sont tirés du livre de Marie-Claire Perrot, intitulé « Y’a un os avec mon chien ».

Je vous invite donc à visiter le site à toutes les semaines.

16ième semaine: «Peut-on considérer le chien comme un être «intéressé» que l’on va motiver par un profit?»

Réponse de Michel Chanton, éthologue:

«Oui, bien sûr, il l’est même beaucoup et c’est normal. C’est un animal, il a des besoins et des demandes, y compris des besoins affectifs et des demandes de contact agréable, de caresses, de jeux. C’est un intéressement en soit. Votre chien sait exprimer ses demandes, et à ce sujet, je voudrais tordre le coup à une idée reçue. Sous prétexte de maintenir la hiérarchie, certains disent qu’il ne faut pas que ce soit toujours votre chien qui ait l’initiative des contacts, des relations, des demandes; que de temps en temps, il ne faut pas y répondre. Je considère que l’on ne doit pas enfermer les gens dans des diktats comme celui-ci. Si vous avez envie de répondre à la demande de jeux de votre chien, répondez-y! En faisant cela, vous ne mettez rien en jeu et ne perdez aucune place. Vous n’êtes pas détrôné d’une autorité quelconque, parce que ce n’est pas sur cela qu’elle repose.»

Bonne semaine!


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés