Anthropomorphisme? Partie 8

Au fil des semaines, je partagerai avec vous des écrits de l’un de mes professeurs en éthologie, Michel Chanton. Véritable pionnier, M. Chanton a consacré plus de 55 ans de sa vie à l’étude scientifique de la relation entre le chien et les humains, faisant de lui l’instigateur du métier de comportementaliste en France.

Éblouie par les connaissances que cet homme m’a transmises, j’ai décidé de partager avec vous, au fil des semaines, quelques uns de ses écrits, que j’ai soigneusement choisis. Ils sont tirés du livre de Marie-Claire Perrot, intitulé « Y’a un os avec mon chien ».

Je vous invite donc à visiter le site à toutes les semaines.

8ième semaine. « Je pense ici à certains maîtres qui opposent cet argument : Pourtant, il savait qu’il avait fait une bêtise. Il avait son air coupable »… ! Réponse de Michel Chanton éthologue. « Un certain nombre de propriétaires de chiens confondent en effet la soumission que le chien exprime par un regard ou une posture, avec l’expression d’une culpabilité. Or un animal ne peut pas se sentir coupable ! La culpabilité est une notion morale humaine. Cette confusion est malheureusement fréquente. Considérer que le chien « sait qu’il a mal fait » donne simplement bonne conscience aux maîtres pour le sanctionner à retardement. Mais pour que les choses soient à peu près compréhensibles pour le chien, il doit être sanctionné pour ce qu’il est en train de faire (et qui vous déplait), puis récompensé quand il cesse de le faire. » Bonne semaine !


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés